Le site officiel, conforme aux normes sanitaires

Mois : février 2013 Page 1 of 2

Un viol?

Est-ce que la mère de Jésus est comptée parmi les victimes de viol?

 

Le féminisme résumé

« Vous savez cette histoire de féminisme m’interpelle, je souhaiterais vivement trouver une femelle qui puisse m’expliquer cela concrètement, je veux dire avec des mots cohérents et une logique… hum, une logique qui ne soit pas féminine.

– J’ai justement une amie qui a travaillé des arguments masculins, mon cher ami. Gertrude, mon amie, venez donc tenter de faire rentrer les idées du féminisme dans la tête de ce gentilhomme.

– Hum, non, nul besoin de démonstration, ce que je vois me suffit finalement à déjà assez bien appréhender le sujet. »

 

En noir

« Si je m’habille en noir c’est que je porte le deuil.

– Allons Stiple, de qui portez-vous donc le deuil?

– Ah mais… de tout, de mes chats, de mon petit chien, de Dieu…

– Hum, m’est avis que vous portez surtout le deuil de la couleur.

– Eh, ce n’est pas faux! »

Prenez des gants

« Lorsque je philosophe je prends toujours des gants, ne serait-ce que pour pas me salir lorsque je gifle mon interlocuteur.

Le meilleur orateur est celui qui ferme le clapet de son interlocuteur pendant plus d’une semaine, en somme celui qui par un habile crochet déboîte ou casse la mâchoire. Les seuls arguments qui vaillent, je vous le dis, sont ceux des fers dont on leste ses gants de boxe, le reste c’est de la palabre pour garden party. Il faut empêcher l’autre de répliquer pour pouvoir arriver à débiter tout son raisonnement sans se faire inutilement couper la parole. »

Le syphilitique

Confessions d’un fumeur de bible

On ose me demander pourquoi je roule mon tabac dans des feuilles de bibles… Eh bien, qui donc ignore que la religion est l’opium du peuple et que parfois on peut manquer de morphine ou de laudanum?!

Je vous le dis, en vérité, je n’ai jamais autant savouré les paroles divines que depuis que je les fume!

 

 

Un météore se consume au-dessus de l’Oural

La porte-parole a signalé que les niveaux de radiation étaient normaux dans la région. « Aucune augmentation des niveaux de radiation n’a été observée, le météore ne les a pas affectés », a fait savoir Mme Smirnych malgré le témoignage d’Igor Britaski, notre envoyé spécial du club de curiosités :

 » La ferme tout entière baignait dans cette couleur mêlée, inconnue et hideuse ; les arbres, les bâtiments, et même la verdure et l’herbage qui n’avaient pas complètement tourné à la fatale désintégration dans la grisaille. Les branches se tendaient toutes vers le ciel, coiffées de langues d’un feu immonde, et des ruissellements chatoyants de ce même feu monstrueux se glissaient autour des poutres de faîtage de la maison, de la grange, des appentis. C’était une scène inspirée d’une vision de Füssli, et sur tout le reste régnait cette débauche de lumineuse inconsistance, cet arc-en-ciel hors du monde et hors mesure de secret poison, qui naissait du puits – bouillonnant, palpant, enveloppant, s’étendant, scintillant, étreignant, et faisant malignement des bulles dans son cosmique et identifiable chromatisme. « 

 

La clef du savoir – Une découverte sceptique

– Au Pyrrhon* ne nous croira pas lorsqu’on leur dira que nous avons trouvé la clef du savoir et que derrière cette porte close il n’y avait rien.

– Ma foi, ils n’auraient pas tord de ne pas nous croire…

 

* (Au pire, on… Au Pyrrhon) Les jeux de mots compliqués ne sont jamais drôles, parait-il, j’en doute et je n’en doute pas, en fait je ne sais pas!…

Des preuves de voyages dans le temps

 » Allons allons, professeur Wurstenkopf, croyez-vous sérieusement que l’un de nous puisse penser que cette machinerie permet de voyager dans le temps?

– Que vous le croyiez ou non c’est pourtant un fait avéré!

– Vous allez donc nous faire l’honneur de nous décrire l’avenir…

– Cela me serait bien impossible, je n’y suis pas allé moi-même.

– Ah, la belle affaire!

– Mais je peux vous assurer que tout y est terrible, révoltant, répugnant…

– Qu’en savez-vous donc, puisque vous n’y êtes pas allé?!

– Eh bien toutes celles que j’y ai envoyées en sont revenues… hystériques, catatoniques, furieuses…

– Hum, ne sont-ce pas plutôt des symptômes imputables aux décharges électriques induites par ces plaques de cuivres qui font office de repose-tête?

– L’électricité, vous les profanes, vous lui conférez des pouvoirs fantastiques, mais nous, les savants, les érudits, qui maitrisons parfaitement le sujet, nous pouvons vous l’assurer : l’électricité n’a jamais été d’un quelconque danger pour qui que ce soit, ce n’est qu’une forme de la matière tout à fait inoffensive. J’invite tout le monde à s’en rendre compte par lui-même.  »

Gentleman bar fight

Voici comment se battre en gentleman dans un pub du Surrey. Le jeu de jambes chers amis, le direct du gauche, pas avec le revers de la main!

Vienne en flammes, vite n’éteignez pas!

« Vous verrez, plus tard tout le monde voudra passer par des trous pour se déplacer, on se rendra d’un quartier à l’autre comme on désire aller d’un souvenir à un autre. On usera chaque jour de symbolismes de ce genre, l’avenir est psychanalytique, Ja. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que phonétiquement « trou » en français signifie « vrai » en anglais, pour cette raison on se hait de part et d’autre de la Manche. Eh oui, c’est cela la psychanalyse, trouver la vérité et la logique dans les petits riens. Les trous ont toujours fasciné les hommes, cela a été parfaitement décrit par le mythe de… Arf, j’ai un trou de mémoire, ah ah. »

Scheissgmund Freud

 

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par

RSS
Follow by Email