Le site officiel, conforme aux normes sanitaires

Mois : août 2013

Pingreries d’opiomane

 » Il se dit, à propos de Sarmadankua Nahasapeemapetilon, que la prodigieuse longueur de sa barbe ne serait pas la conséquence d’un pari qu’il aurait perdu, ni à quelque acte ascétique que ce soit, mais seulement à une avarice lui interdisant de se rendre chez un barbier ni même de payer ni ne serait-ce que louer des ciseaux.

– Pis : un matin je l’ai trouvé rampant sous mon lit, tentant de dérober l’urine de mon pot de chambre. Comme je l’avais attrapé par la barbichette et lui promittais de nouer son machin plein de poux à la rambarde de l’escalier pour le punir il m’avoua qu’il était opiomane et que pour économiser sur le narcotique il faisait infuser l’urine pour en extraire une manière de laudanum du radin…

– Mais voilà qui est tout à fait lamentable.

– En effet, lamentablement stupide. Tout le monde sait que faire infuser de l’urine d’opiomane détruit tous les alcaloïdes intéressants. Il faut le boire pure et encore tiède.  »

 

Vis longtemps et servilement

Que signifie liberté dans une société où il est interdit de choisir la manière dont on va mourir? Je t’épargnerai de sortir du droit chemin, un soir où tu dormiras paisiblement j’emprunterai ta vie, je ne te la rendrai que de l’autre côté.

 

Joy induction

« Je n’en pouvais plus de tout haïr, il me fallait tout aimer, voilà comment je suis devenu scatophile. Depuis je vis dans une allégresse permanente.  »

Manfred Schmit

 

Un nouveau voyage

« Il me semble que j’ai voyagé partout, et où je ne suis pas allé j’en ai lu les récits de voyage. J’ai lu à peu près tout des encyclopédies modernes, connais, il me semble, toutes les religions. Je ne lis plus qu’avec lassitude, je n’utilise ma loupe, mon microscope et mon télescope que par habitude sans plus jamais m’émerveiller devant une nouveauté. L’inédit fantastique m’est devenu un simple souvenir, après toutes ces soirées spirites, ces nuits à faire danser les objets en compagnie de sorciers, ces lévitations en méditation, ces ordres donnés à des végétaux conscients, ces machineries complexes à vapeur, à moteur à explosion, à fluides éthérés, ces engins sous-marins pénétrant les cités mythiques, ces monstres rencontrés, ces jardins explorés, ces galeries cachées de castels en ruine sondés…

– Allons, il doit bien avoir quelque chose que vous n’avez pas connu, vous êtes encore jeune.

– Jeune, certes, mais hélas désœuvré et insomniaque : lorsque les autres dorment je suis éveillé et je suis âgé du double de ceux nés à la même date que moi, d’autant que je ne me soucie ni de famille ni de bienséance sociale ni de politique ni de rien.

– Et le voyage dans l’espace?

– Hélas j’ai eu la mauvais idée de… enfin vous savez… le professeur Altaïr Lyre et son obus creux…

– Que comptez-vous faire alors?

– Explorer la mort.

– Un voyage sans retour!

– Oh je verrai sur place mais sans ce voyage en perspective je crois que j’aurais envie de me suicider… »

Ses Employés font empailler leur patron mort

Allez-y

« Ce pneumatique, j’ai bien envie de l’essayer.

– Je vous accompagnerais bien mais où va-t-il?

– Je n’en sais rien.

– Comment, vous voulez emprunter un moyen de transport sans sans même savoir où il mène?

– Peu me chaut, je ne vais que dans le pneumatique, moi, après où il va cela ne me concerne pas.

– Si vous le dites… »

 

Page 2 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par

RSS
Follow by Email