27
Fév

Conte

   Ecrit par : heresie   in Non classé

Dans la cabane perdue dans un bois plus vieux que l’Ecosse, on discutait philosophie abstraite, métaphysiques imaginaires et cultes oniriques, lorsqu’un craquement autre que celui du bois retentit. Alors on se tut, on fit instamment et précautionneusement goutter un peu de whiskey sur les langues afin de mieux savourer l’instant, et surtout on souffla deux des trois bougies afin de mieux voir.

Flottant à quelques centimètres de l’une des parois, l’air se craquela en une crevasse irrégulière, ainsi qu’une peau fanée de carcasse lacérée par un vent soudain ; puis une lueur opaque saigna pour se répandre dans les lieux silencieux. Quelque chose apparut, comme la  branche d’un vieux chêne englouti dans une tourbière et revenu à la vie, tâtonnant le sol avec des frémissements trahissant une surprise amusée.  

Mais là ne fut pas le moins insolite, car ensuite… Ensuite… Eh bien… Avouez, vous aimeriez bien le savoir, n’est-ce pas ? Mais je ne vous apprécie guère et si je me suis donné la peine de conter le début c’est pour mieux me taire au milieu.

Tags:

Cet article a été publié le jeudi 27 février 2014 à 14 h 22 min et est classé dans Non classé. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire