« Mais que sont encore ces horreurs ?

– Ma dernière invention ! Ou plutôt l’adaptation d’une vieille chose.

– Eh bien, allez-y, expliquez-nous quel en est la fonction…

– Cela sert à produire un son lorsque l’on marche, une sonorité flasque, gélatineuse, gluante, évoquant tout à la fois le batracien en copulation et la chute d’une fluide défécation sur un sol fangeux. De plus, comme les pieds sont à l’air, on peut empuantir l’atmosphère tout en laissant claquer la semelle sous le talon grâce aux deux ficelles passant par les orteils, ce que les antiques sandales n’autorisaient qu’au prix d’un nœud lâche et d’irritations. Sans compter que l’on doit fort bien nettoyer la rue de sa crasse en incrustant la saleté sous ses ongles, mon invention est donc presque d’utilité publique, les pieds seront certes sales mais les rues d’une relativement plus grande propreté. Et puis, avouez, quelle attitude grotesque l’on peut avoir en évoluant avec ces choses aux pieds.

– Votre esprit va toujours puiser dans des prodiges de démence ! Hélas personne n’osera jamais porter ces… comment les appelez-vous ?

– Des tongs. Et croyez-moi, pour paraphraser Nietzsche : « Soyons sûrs que les gens seront capables de porter des tongs aux environs de l’an 2000 », je suis certain qu’à cette époque-là la décadence aura opéré de tels progrès que les femmes porteront des pantalons courts dévoilant la naissance de leurs protubérances fessières et auront goût, pour accompagner ce spectacle, de s’octroyer l’élégance de produire des bruitages d’amphibiens et une démarche de bossu dégénéré. C’est déjà le cas depuis longtemps en extrême-orient, ça le sera en occident bientôt, très bientôt, croah croah croah ah ah»  

 

Please follow and like us:
0
20
Pin Share20