Articles tagués ‘Clark Ashton Smith’

27
Avr

Ouvrir nos frontières : pourquoi pas !

   Ecrit par : thievicz   in Non classé

Iä, Iä,

Les temps sont venus de libéraliser les voies de la main gauche et tous les courants sénestres,

Cessons enfin ce malsain repli sur soi, cessons de nous scléroser dans notre nombrilisme, et acceptons de nous ouvrir aux autres, acceptons de nous enrichir en accueillant la fertile diversité. Et formons-nous aux langues étrangères, apprenons l’énochien, le summérien, le chant des oiseaux conspirateurs, le langage astral, l’atlante… Formons-nous à l’école de Dagon, invtons Adompha à partager sa politique agricole avec nous, apprenons à nos enfants à lire le Necronomicon dès le primaire, employons-nous à libérer les frontières qui nous séparent des sphères extérieures, entretenons des rapports diplomatiques sereins avec Yog-sothoth, Béhémoth, Fenrir, Crom, Tiamat ; invitons les nécromants de Zothique à nous enseigner leur art, ne fermons pas nos portes à tout ce qui rampe sur notre seuil, n’ayons pas peur des races telles que celle de Yith ou des Grands-Anciens qui ont tant à nous apprendre, commerçons avec Zagan, le prince de l’enfer qui convertit le métal en pièces de monnaie, trouvons des accords commerciaux avec les goules, les spectres et tous les esprits volontaires et laborieux, pactisons avec les entrepreneurs de bonne volonté comme le bon Dr. Faust et tant d’autres l’ont déjà fait.

Que ces attentats contre la vérité cessent enfin : nous sommes manipulés par des auteurs de fantaisies qui prétendent décrire des faits réels en distordant la vérité sous le prisme de leur poésie afin d’instiller un sentiment d’inquiétude et de xénophobie envers tout ce qui ne concerne pas notre réalité. Des solitaires rendus fous par les augures de la nuit et de la vésanie, des aigris rejetés par la société, devenus misanthropes, conservateurs moisissant dans leur isolement, des acrimonieux ; ne les suivons pas, ces faiseurs de merveilles !

Si nous nous replions sur nous-mêmes, nous n’aurons que le choix entre la servitude par l’indigence ou par l’emploi, nous resterons esclaves du prosaïque. En nous ouvrant vers d’autres univers, nous nous offrirons une totale liberté cosmique vers un nouvel âge réminiscent.

Alors vive le brassage inter-univers, vive le cosmos.

Iä, Iä, Cthulhu ftaghn !

22
Fév

Clark Ashton Smith

   Ecrit par : thievicz   in Non classé

By profession, Francis Melchior was a dealer in antiques; by avocation he was an astronomer. Thus he contrived to placate, if not to satisfy, two needs of a somewhat complex and unusual temperament. Through his occupation, he gratified in a measure his craving for all things that have been steeped in the mortuary shadows of dead ages, in the dusky amber flames of long-sunken suns; all things that have about them the irresoluble mystery of departed time. And through his avocation, he found a ready path to exotic realms in further space, to the only spheres where his fancy could dwell in freedom and his dreams could know contentment. For Melchior was one of those who are born with an immedicable distaste for all that is present or near at hand; one of those who have drunk too lightly of oblivion and have not wholly forgotten the transcendent glories of other aeons, and the worlds from which they were exiled into human birth; so that their furtive, restless thoughts and dim, unquenchable longings return obscurely toward the vanishing shores of a lost heritage. The earth is too narrow for such, and the compass of mortal time is too brief; and paucity and barrenness are everywhere; and in all places their lot is a never-ending weariness.

The planet of the dead – Clark Ashton Smith

scanner

oeuvre au nirique

4
Fév

L’enfer comme espoir d’une vie meilleure

   Ecrit par : thievicz   in Non classé

Les romantiques échouent toujours à prédire l’avenir. Comment leur en vouloir ? Ils ne connaissent déjà rien du présent ni de la réalité, et c’est ainsi pour le mieux.
L’enfer comme espoir d’une vie meilleure !

I can’t agree with the high-brows that weird is dead – either in poetry or anywhere else. They’re are suffering from mechanized imaginations. But, I, for one, refuse to submit to the arid earthbound spirit of the time; and I think there is sure to be romantic revival sooner or later – a revolt against mechanization and over-socialization, etc. If there isn’t – then I hope to hell my next incarnation will be in some happier and freer planet. Neither the ethics or the aesthetics of the ant-hill have any attraction for me.
Clark Ashton Smith

autolise